Tout le monde déteste la police ! » ou « Tout le monde aime la police ! » ? Aussi caricaturaux que soient ces slogans, la presse hambourgeoise avait, au lendemain des événements et affrontements survenus en marge du sommet du G20 en juillet 2017, choisi son camp sans hésiter. Ainsi le quotidien Hamburger Abendblatt, promoteur assidu des grands projets et événements de la ville – à l’image, par exemple, de la candidature (rejetée) aux Jeux olympiques 2024 – invitait, six jours à peine après la fin du sommet, 2 000 policiers à un concert-hommage dans la grande salle de l’Elbphilharmonie pour leur dire « merci ». Sur la scène, le rédacteur en chef Lars Haider, volontiers lyrique, saluait l’engagement des forces de l’ordre et l’attitude dont elles…